Rechercher
  • Eglise Gnostique Apostolique

Saint Jean-Baptiste / Solstice d’Été



Saint Jean-Baptiste par Leonard De Vinci, 1513-1516.


Jean le Baptiste était le fils d'un prêtre qui exerçait son ministère dans le Temple de Jérusalem. Il prêchait le baptême, la charité, la justice, la libéralité, l'équité, l'impartialité, la paix, la vérité, le contentement, la nécessité de ne pas accuser à tort et de mener une vie vertueuse.

Dans la région de la mer Morte, Jean dirigeait une communauté spirituelle connue sous le nom d'Esséniens. Les Esséniens étaient des Juifs dévots et mystiques qui refusaient de vivre sous l'occupation romaine de Jérusalem et occupaient les grottes autour de la mer Morte. Ils priaient pour qu'un Messie (signifiant "oint") issu de la lignée royale du roi David libère le peuple juif de la domination romaine. De nombreux Esséniens, dont Jean-Baptiste, étaient issus d'une famille de prêtres. Ils observaient le sabbat plus rigoureusement que les Juifs. Avant le lever du soleil, ils ne parlaient jamais de choses profanes, priaient et chantaient des hymnes. Ils étaient pacifiques et avaient une plus grande affection les uns pour les autres que les membres de toute autre secte, accomplissant le commandement "Aimez-vous les uns les autres." Ils cultivaient la science de la médecine et avaient leurs propres tribunaux. Ils s'habillaient de robes blanches. Ils avaient des initiations à leurs mystères en quatre degrés. Le candidat promettait de toujours pratiquer la fidélité envers tous les hommes, et en particulier envers ceux qui détiennent l'autorité, "car personne n'obtient le gouvernement sans l'aide de Dieu"(3).

Les Esséniens parlaient en termes de lumière et d'obscurité, et ils croyaient que les âmes des hommes étaient tombées des régions de pureté et de lumière dans les corps qu'ils occupent.(4) Les doctrines de Jésus sont en de nombreux points en parfaite ressemblance avec les doctrines des Esséniens.(5) On croit que Marie, la mère de Jésus, était une Essénienne, et bien sûr nous savons par les écritures du Nouveau Testament que Jésus était un cousin de Jean le Baptiste.

Jean, qui était souvent consulté par le roi Hérode, a dénoncé le mariage d'Hérode avec la femme de son frère comme étant illégal. Pour cela, il a été emprisonné, et il a été décapité avant que Jésus ne commence à prêcher. Beaucoup de gens, surtout parmi les classes populaires, croyaient que Jean était un prophète, mais les prêtres et les pharisiens ne le croyaient pas.(6) Jésus déclara que Jean était un prophète, et plus qu'un prophète - le retour d'Élie, et qu'aucun homme plus grand n'était jamais né. Dans Matthieu 11:9-14, Jésus dit à la foule au sujet de Jean :

"Mais pour quoi êtes-vous sortis pour voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis, et plus qu'un prophète. Car c'est celui dont il est écrit : Voici que j'envoie devant toi mon messager, qui préparera ton chemin. Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il ne s'en est pas levé un plus grand que Jean le Baptiste ; mais celui qui est le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le royaume des cieux a subi des violences, et les violents s'en sont emparés par la force. Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu'à Jean. Et si vous voulez le recevoir, celui-ci est Élie, qui était destiné à venir. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende."

Au Moyen-Orient, il existe une ancienne secte de gnostiques connue sous le nom de Mandéens, qui sont également connus sous le nom de "sages de Jean" et de "chrétiens de Jean". On pense qu'ils sont originaires de Jordanie, où Jean le Baptiste a prêché. La doctrine mystique des Mandéens aurait été transmise, selon la légende, des Thérapeutes d'Égypte à Moïse, qui l'aurait transmise aux Esséniens, où Jean-Baptiste l'aurait reçue. Les Mandéens considéraient Jean-Baptiste comme l'initiateur de Jésus, qui a transmis la Lumière à l'évangéliste Jean, l'autre Saint patron de la Franc-Maçonnerie.(7)

Il existe des similitudes remarquables entre les Esséniens et les premiers chrétiens. Ils vivaient dans des sociétés communautaires, pratiquaient le baptême, la guérison par la foi et le repas communautaire sacré du pain et du vin. La tradition de la Cène remonte à ce repas communautaire des Esséniens. On dit que la pratique de la communion chez les Esséniens remonte à un personnage clé du judaïsme connu sous le nom de Melchisédek. Le nom de Melchisédek signifie "professeur de droiture". Dans l'Ancien Testament, Melchisédek est le Grand Prêtre qui a servi la communion du pain et du vin à Abraham. Les Templiers considéraient les Esséniens comme les héritiers et les gardiens de la prêtrise de Melchisédek. Comme les Mandéens, les Templiers avaient également une tradition selon laquelle Jean le Baptiste, Jésus et leurs parents étaient des Esséniens et des gardiens de la Prêtrise de Melchisédek.(8)

Une curieuse similitude entre les Mandéens et les Templiers est la signification de la tête coupée. C'était l'un des symboles particuliers des Mandéens, un rappel du martyre de Jean le Baptiste. À ce propos, il est intéressant de noter que pendant la Sainte Inquisition, l'une des nombreuses accusations portées contre les Templiers était qu'ils vénéraient une tête coupée, et en fait, de nombreux Templiers faisaient allusion à la tête d'un vieil homme barbu comme symbole de leur Grand Maître.(9)


Enfin, dans le premier des degrés philosophiques de la Franc-Maçonnerie du Rite Écossais, le Chevalier de l'Orient et de l'Occident, une attention importante est accordée au mélange des Esséniens de la mer Morte et des Thérapeutes d'Égypte, dont les idées étaient étonnamment similaires. C'est le début du cours d'instruction censé dévoiler " le cœur et les mystères intérieurs de la Maçonnerie ", qui commence par dire :

"Nous sommes sur le point d'aborder ces anciennes Religions qui gouvernaient autrefois l'esprit des hommes, et dont les ruines encombrent les plaines du grand Passé, comme les colonnes brisées de Palmyre et de Tadmor gisent blanchies sur les sables du désert. Elles s'élèvent devant nous, ces vieilles, étranges, mystérieuses croyances et foi, enveloppées dans les brumes de l'antiquité, et tracent une ligne vague et indéfinie le long de la ligne qui sépare le Temps de l'Eternité..."(10)


Sources :


1 Albert Pike, Morals and Dogma of the Ancient and Accepted Scottish Rite of Freemasonry (Charleston, 1906).

2 William Jones, The History of the Christian Church : From the Birth of Christ to the Eighteenth Century, Including the Very Interesting Account of the Waldenses and Albigenses, Vol. 1 (Londres, 1819), lxxiii.

3 Albert Pike, Morals and Dogma of the Ancient and Accepted Scottish Rite of Freemasonry (Charleston, 1906).

4 Ibid.

5 Tau Charles Harmonius II. "Major Synods of the Gnostic Church in the 19th Century", Eglise Primitif Chrétien & Eglise Gnostique Universelle.

6 John Cole. "Les fils de Zadok et la gnose chrétienne".

7 Tau Charles Harmonius II. "Major Synods of the Gnostic Church in the 19th Century", Eglise Primitif Chrétien & Eglise Gnostique Universelle.

8 Albert Pike, Morals and Dogma of the Ancient and Accepted Scottish Rite of Freemasonry (Charleston, 1906).


NB : Le solstice d'été est le jour le plus long de l'année. C'est le moment de la récolte finale et de la célébration de la moisson.



67 vues0 commentaire