Rechercher
  • Eglise Gnostique Apostolique

Dimanche des Rameaux



L'entrée du Christ à Jérusalem est une peinture de William Blake, 1800.


"Réjouis-toi, fille de Sion ; pousse des cris, fille de Jérusalem ; voici que ton Roi vient à toi ; il est juste, et il a le salut ; il est humble, et monté sur un âne, et sur un ânon, le petit d'une ânesse." (Zacharie 9:9)

Le dimanche des Rameaux tombe le jour de la Pâque Juive. Dans les Écritures, la Pâque est suivie de sept jours de pain sans levain (Exode 12:1-15 ; Lévitique 23:6). Dans le récit biblique, lorsque Jésus est entré à Jérusalem, il s'agissait d'un acte provocateur de pantomime prophétique, assumant ouvertement le rôle du Messie et se déclarant prétendant au trône d'Israël.


L'Évangile selon Matthieu (21, 1-11) nous dit :

"Lorsqu'ils approchèrent de Jérusalem, et qu'ils furent arrivés à Bethphagé, sur la montagne des Oliviers, Jésus envoya deux disciples, leur disant : Allez au village en face de vous, et vous trouverez aussitôt une ânesse attachée, et un ânon avec elle ; détachez-les, et amenez-les-moi.

Et si quelqu'un vous dit du mal, vous répondrez : Le Seigneur en a besoin ; et aussitôt il les enverra.

Tout cela a été fait afin que s'accomplisse ce qui avait été annoncé par le prophète, en disant ,

Dites à la fille de Sion : Voici que ton Roi vient à toi, doux, assis sur une ânesse, et sur un ânon, le petit d'une ânesse.

Les disciples allèrent, et firent ce que Jésus leur avait ordonné,

Ils amenèrent l'âne et l'ânon, les revêtirent de leurs vêtements, et le placèrent là-dessus.

Une très grande foule étendit ses vêtements sur le chemin ; d'autres coupèrent des branches d'arbres, et les paillèrent sur le chemin.

La foule qui précédait et qui suivait criait : "Hosanna au fils de David, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, Hosanna au plus haut des cieux !

Et quand il fut entré dans Jérusalem,toute la ville fut émue et l'on disait : Qui est celui-ci ?

Et la foule disait : "C'est Jésus, le prophète, de Nazareth en Galilée".

Les foules scandaient des slogans messianiques explicites. Certains pharisiens dans la foule, alarmés par les implications révolutionnaires de la scène, dirent à Jésus : "Maître, reprends tes disciples." Jésus leur répondit : "Je vous le dis, si ceux-ci se taisaient, les pierres crieraient aussitôt." (Luc 19-39-40)

En ce dimanche des Rameaux, il nous est rappelé que, de même que Jésus a franchi la porte orientale de Jérusalem en s'offrant résolument, nous devons nous offrir, en parfaite conscience et libre arbitre, pour entrer triomphants et victorieux par les portes de la Jérusalem céleste.


La célèbre injonction de notre Seigneur était d'aimer son prochain comme soi-même. Telle était la philosophie simple de Maître Philippe de Lyon, un doux guérisseur que nous honorons en ce jour. Maître Philippe était l'une des nombreuses influences significatives qui ont façonné la vie de notre évêque Papus, le fondateur de l'Ordre Martiniste. Philippe demandait à ses disciples de se souvenir de lui le dimanche des Rameaux, et ce jour-là, ils se rendaient sur sa tombe. Aujourd'hui, en l'honneur de Maître Philippe, rappelons-nous le message essentiel de Notre Seigneur le Christ. Après être entré à Jérusalem :


"...Jésus entra dans le temple de Dieu, chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple, et renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient des colombes,

et leur dit : "Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière ; mais vous en avez fait une caverne de voleurs." (Matthieu 21, 12-13)


Les récits du dimanche des Rameaux mettent souvent en évidence cet acte scandaleux de Jésus jetant les changeurs de monnaie hors du temple, mais qu'a fait Jésus après les avoir jetés dehors ? Le verset suivant (Matthieu 21:14) nous dit : "Les aveugles et les boiteux s'approchaient de lui dans le temple, et il les guérissait."


C'était la commission fondamentale de Jésus à ses disciples, et qu'elle soit une leçon pour nous-mêmes : "...dans quelque ville que vous entriez...guérissez les malades qui s'y trouvent, et dites-leur : Le royaume de Dieu s'est approché de vous." (Luc 10 : 8-9)

Nizier Anthelme Philippe


O gracieux et aimant Pasteur des brebis, nous nous souvenons en ce moment devant vous de votre merveilleux serviteur, Nizier Philipe, un maître et un faiseur de miracles sur la terre, qui, dans sa grande humilité, appelait sa personne le chien du bon Pasteur ; et nous prions pour que, forts de son glorieux exemple, nous puissions nous aussi, selon nos différentes capacités, vous rendre le service aimant et loyal que vous nous demandez de rendre à votre monde souffrant. Amen.



10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout