top of page
Rechercher
  • Eglise Gnostique Apostolique

Fête du Divin Nom


"C'est pourquoi Dieu l'a souverainement élevé et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père." - Philippiens 2:9-11 : 9


Une croyance commune aux religions est le pouvoir des noms. Dans Science of the Sacraments, l'évêque Charles W. Leadbeater nous dit que "selon toutes les croyances anciennes, le nom d'une chose a un lien direct avec elle et peut l'invoquer n'importe où", et que "commander au nom ou par le nom d'une manifestation de Dieu, c'était faire appel au pouvoir de cette manifestation." [1]


Le pouvoir des noms divins est évident dans la kabbale, qui met l'accent sur les aspects mystiques de la tradition hébraïque, tels que la nature de Dieu, la création et les forces angéliques et démoniaques. Dans cette tradition, les noms divins sont porteurs de pouvoir, et le nom le plus divin est le Tétragramme, qui est révélé à Moïse au buisson ardent. Le Tétragramme s'écrit avec les consonnes YHVH. L'hébreu biblique ne contenant pas de voyelles, la prononciation correcte n'est pas connue. Des voyelles sont insérées pour obtenir les noms YeHoVaH (Jéhovah) et YaHVeH (Yahweh).


Avec la chute de Byzance en 1453, un grand nombre de textes sont traduits sous l'impulsion de la renaissance italienne à Florence, faisant entrer la kabbale en Occident. Le philosophe italien Giovanni Pico della Mirandola, connu pour son Oration sur la dignité de l'homme, connue sous le nom de "Manfeste de la Renaissance", soutient que le Saint Nom de Dieu (YHVH) devient le nom de Jésus (YHSHVH, ou Ieheshuah) avec l'ajout de la lettre Shin, et établit la Cabale chrétienne du néoplatonisme hermétique comme philosophie religieuse. [2]




YHVH (yod - he - vau - he)







YHSHVH (yod - he - shin - vau - he)




Bien avant la Renaissance italienne, nous trouvons l'utilisation du Saint Nom de Jésus sous la forme de la Prière de Jésus, utilisée par les ermites monastiques chrétiens, qui se sont installés dans le désert égyptien au 5ème siècle après J.C. Il existe des variations de la prière, mais l'élément essentiel est le nom de Jésus. Une forme courante et simple est : "Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi". Les moines récitent souvent cette prière plusieurs centaines de fois dans le cadre de leur veille nocturne. Cette pratique est plus populaire dans l'Église orthodoxe orientale que dans l'Église romaine, où le chapelet est plus populaire. 


Quel est le but de la prière de Jésus ? Les gens pensent souvent que la répétition est une forme de méditation, la prière fonctionnant comme un mantra. Cependant, le but de la récitation de la Prière de Jésus n'est pas d'atteindre un état de méditation ou d'extase, ni de vider l'esprit. De même, lorsque nous invoquons le Saint Nom de Jésus en concluant nos prières par "Au Nom de Jésus-Christ" ou "Par Jésus-Christ notre Seigneur et Maître", le but n'est pas d'ajouter une conclusion formelle à notre prière. Nous utilisons le Saint Nom de Jésus-Christ pour l'invoquer et pour chercher la gnose de Lui. Ainsi, le Saint Nom de Jésus est prié avec intention et avec l'humilité qui convient à celui qui cherche à être en présence du Divin. Par conséquent, en cette fête du Saint Nom de Jésus, proclamons le Saint Nom de Jésus-Christ pour invoquer la présence réelle du Maître, ainsi que pour appeler le Christ mystique en nous.


En terminant, voici une belle prière tirée des Sept prières mystérieuses de l'abbé Julio :


"Très doux Seigneur Jésus-Christ, qui avez manifesté de si grands miracles par la seule puissance de votre très précieux Nom, et avez si abondamment enrichi les pauvres, puisque par cette puissance les démons fuiront, les aveugles verront, les sourds entendront, les boiteux marcheront correctement, les muets parleront, les lépreux seront purifiés, les malades seront guéris, les morts seront revivifiés, parce qu'en même temps qu'on prononce ce très doux Nom de Jésus, l'oreille est charmée et ravie, et la bouche est remplie de ce qui est le plus doux ; à sa seule prononciation, les démons se dispersent, tout le monde s'agenouille ; les tentations, même les plus mauvaises, sont déracinées ; toutes les maladies sont guéries ; toutes les disputes et les luttes, qui sont entre le monde, la chair et le diable, sont dissipées ; et le cœur est rempli de toutes les propriétés célestes ; parce que ceux qui ont invoqué, invoquent maintenant et invoqueront ce Saint Nom de Jésus, ont été, sont maintenant et seront toujours sauvés. " [3]


Sources :

[1] Leadbeater, C. W. The science of the sacraments. Los Angeles : The St. Alban Press, 1920.

[2] MacLeod, Roy M. The Library of Alexandria : centre of learning in the ancient world. Londres : I.B. Tauris, 2000.

[3] Philippe Kerforne. L'art de guerir selon l'abbé Julio. Editions Dervy, 1994.


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page