Rechercher
  • Eglise Gnostique Apostolique

Un bref historique de l’Église Gnostique


Les fondements primitifs de l'Ecclesia


Au cours des 25 dernières années, de nombreuses informations erronées ont circulé concernant la véritable identité de l'Eglise Gnostique. C'est pourquoi la Primauté de l'Église a autorisé la compilation du présent mémoire dans le but de publier une histoire plus complète de l'Ecclesia moderne pour le public.


En effet, le monde littéraire commence seulement à comprendre l'ancienneté de l'inspiration Gnostique dans les premières Ecclesia, avec les récentes découvertes de Nag Hammadi ; les théologiens commencent maintenant à recentrer leur attention sur les premières communautés gnostiques. La Gnostic Ecclesia pense que de cette réévaluation de l'effet des Écritures gnostiques naîtra un rapport objectif et concis des faits, qui jettera beaucoup plus de lumière sur l'influence gnostique dans la littérature chrétienne primitive, y compris les sources scripturaires.


En tant qu'église à mystères, l'Ecclesia gnostique a toujours été avec nous, bien qu'en raison du traitement brutal de ces lignes de succession en Occident, nous ne trouvons aucune référence à une église organisée de sacrements gnostiques après la disparition des églises cathares. Au lieu de cela, nous trouvons de nombreuses apparitions, à travers l'Europe, d'ordres secrets proclamant anonymement être les véritables dépositaires de l'ancienne et cachée Gnose (occulte).


Des ordres tels que la Fraternité de la Rose-Croix, c'est-à-dire les Rosicruciens, ainsi que les Martinistes d'une période ultérieure, les Francs-Maçons et les Ordres des Templiers militaires, étaient des agents connus de la gnose, alors que les caractéristiques mêmes de ces ordres leur interdisent de le prétendre ouvertement. L'Église occidentale ou romaine n'a jamais cessé de déclarer ouvertement la guerre à ces organismes et à tous ceux qui les suivent.




Cependant, les archives historiques montrent qu'à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle en France, un mouvement sérieux était en cours au sein de l'Église catholique romaine de France pour ramener le Trône gnostique de Jean dans le monde occidental. Cela impliquait de nombreux ecclésiastiques, dont M. Mauviel (consacré en 1800 à Paris comme évêque constitutionnel des Cayes en Haïti). et Fabre-Palaprat (1777-1838). Ordonné prêtre par l'évêque du Lot, puis consacré par Mauviel, Fabre-Palaprat fut aussi une grande figure maçonnique et templière de son pays. Ces hommes, tous deux initiés à l'Ordre ressuscité des Templiers, fondent l'Eglise Johannites des Chrétiens Primitifs. En 1831, M. Chatel est initié à l'Ordre du Temple et est reconsacré par le Primat de l'Eglise Catholique Johannite, Excellence Mgr Machault. Mgr Chatel recevra plus tard le titre d'"évêque des Gaules", créant ainsi l'éminente mais quelque peu éphémère "Eglise Catholique Franchise, avec diocèse à Paris, Bruxelles et Nannies". Au moment où l'Eglise Johannite était établie en France, un autre corps plus ésotérique était formé par un homme d'origine catholique romaine qui revendiquait une très grande vision dans laquelle, disait-on, la Madone, Saint Joseph et les Anges apparaissaient pour déclarer officiellement la venue de l'Age du Paraclet. Il s'agit de Pierre-Eugène-Michel Vintras. Il fonda l'Oeuvre de le misericorde pour proclamer sa révélation, et cette société attira de nombreux prêtres catholiques romains et irvingiens. De nombreux miracles spectaculaires lui furent attribués, comme l'apparition d'hosties saignantes qui pouvaient rester parfaitement conservées pendant de nombreuses années.


Cependant, Vintras ne put éviter les ennuis avec de nombreuses autorités ecclésiastiques de l'Église romaine en France, ayant été condamné avec son mouvement par les archevêques de Bordeaux et de Nancy, voire par le pape Pie IX lui-même en 1851. Après une période de fuite de la France, au cours de laquelle Vintras a fait le tour de l'Europe, il est finalement revenu à Lyon, où il a fondé le Sanctuaire Intérieur du Carmel d'Elie' et plus tard le Carmel Blanc à Florence, en Italie. Il mourut à Lyon le 7 décembre 1875, mais plusieurs de ses "Pontifs Divins" consacrés continuèrent à propager cette société carmélite selon des lignes fortement spiritualistes, comme une église clandestine. Le mouvement de cette ecclésia cachée persista tout au long du 19ème siècle en France et attira de nombreux Grands Maîtres des Ordres Arcanes, qui continuèrent également à se mouvoir dans l'ombre des mouvements mystiques et ésotériques en cours à cette époque fascinante. A cette époque, quatre collèges gnostiques sacrés se développent : Les Johannites, les Carmes, les nouveaux Valentiniens et l'Eglise Gnostique Universelle. Pourtant, ce n'est qu'à la fin du 19e siècle qu'ils seront propulsés sur le devant de la scène internationale par l'intermédiaire de l'archevêque René Vilatte.


La succession Vilatte


Joseph René Vilatte est né à Paris le 24 janvier 1854, baptisé à l'origine dans la "Petite Eglise" et rebaptisé conditionnellement comme catholique romain. À l'âge de 22 ans, Vilatte s'est embarqué pour l'Amérique où il a fréquenté le collège de Saint Laurent, dirigé par les Pères de Sainte-Croix, où il s'est préparé à la prêtrise catholique romaine. Vilatte n'a jamais reçu les ordres de l'Église romaine, qu'il trouvait intolérante et présomptueuse. Finalement, le révérend Vilatte a reçu le diaconat et le prébytérat à Berne, en Suisse, de l'évêque Herzog de l'Église vieille-catholique d'Utrecht en 1885. Le Père Vilatte est retourné en Amérique où il a assumé un poste pastoral à la Old Catholic Church de Dykesville, Wisconsin. Le Père Vilatte est enthousiaste dans son prebyterat, mais ayant à l'esprit l'intention d'étendre l'Eglise Vieille Catholique en Amérique du Nord, il cherchera finalement l'autorité de l'Episcopat. Cependant, Vilatte ne se soumettra jamais aux autorités catholiques romaines ou anglicanes locales, et l'épiscopat n'apparaîtra pas avant 1891, lorsque le père Vilatte, empêtré dans un conflit avec l'auxiliaire anglican de Fond D Lac, cherchera et recevra l'alliance de l'archevêque Vladmir, l'évêque orthodoxe russe des îles Aléoutiennes et de l'Alaska, et de Mar Julius I (Julius Alvarez), métropolite de l'Église catholique indépendante de Ceylan, Goa et de l'Inde. Ce dernier a accepté de ne consacrer Vilatte comme évêque qu'après consultation d'Ignace Pierre III, patriarche d'Antioche. Alvarez a finalement reçu une réponse et, dans la bulle d'élection de Sa Sainteté Pierre III, signée et scellée depuis le palais patriarcal au monastère de Sapran à Mardin, à la frontière de la Syrie et du Kurdistan, datée du 19 décembre. 1891, la consécration de Joseph René Vilatte a été accordée pour la Dignité Archiépiscopale, Archevêque Métropolitain au nom de Mar Timotheos, pour l'Eglise de la Mère de Dieu dans le Wisconsin, des Eglises de l'Archidiocèse d'Amérique et des Eglises "adhérant à la Foi Orthodoxe".


La cérémonie a eu lieu dans l'église de Notre-Dame de la Bonne Mort, à Colombo, Ceylan, le 29 mai 1892, par Mar Julius et assisté par Mar Paul Athanasius, évêque de Kattayom et Mar Gregorius, évêque de Niranom. Le 5 juin 1892, Mar Julius aurait remis à Mar Timotheos un certificat de consécration lui conférant le titre d'archevêque de l'Église vieille-catholique d'Amérique avec les pleins pouvoirs pour exercer toutes les fonctions du métropolite, l'archevêque Vilatte a également reçu un approvisionnement nécessaire de "Holy Mooron" ou huile qui est consacrée par le patriarche seul.


Le 6 mai 1900, Vilatte a consacré un prêtre catholique romain déchu, Paolo Miraglia-Gulatti, comme évêque vieux-catholique d'Italie avec le titre d'évêque de Piacenza. C'est Mgr Gulatti qui consacre à son tour l'abbé Julio (Julian Houssye) Mar Julio, qui accède à la primauté de l'Église catholique nationale gallicane de France. Mar Julio, à son tour, le 21 juin 1911, a consacré comme archevêque Louis François Giraud dans la chapelle vieille-catholique d'Aire, près de Genève, en Suisse. MM. Houssaye et Giraud étaient tous deux en communion très étroite avec quatre collèges gnostiques de France ainsi qu'avec de nombreux ordres arcaniques qui étaient en stricte concordance avec ces organismes.





L'Eglise Gnostique Universelle


En 1890, un certain Jules Doinel a fondé l'Église Gnostique Universelle, l'un des collèges sacrés de la gnose en France. On prétend qu'il a été consacré comme patriarche par Jésus-Christ lui-même et deux évêques bogomiles dans une vision miraculeuse. Doinel assuma ce rang patriarcal sous le nom de Tau Valentin II et consacra trois évêques. Ces trois évêques, Papus (Dr Gérard Encausse), Sedir et Chamuel, étaient, chacun de leur côté, des chefs prestigieux des Ordres Arcanes actifs en France. Ils formèrent le Synode Sacré de l'Eglise Gnostique et, par l'action de Fabre des Essarts, poète symboliste français et ami intime de Houssaye, également évêque gnostique (Tau Synesius), ils entreprirent de faire entrer l'Eglise Gnostique Universelle dans la communion des Eglises Gallicanes (Catholiques).



Le 21 juillet 1913, Louis François Giraud consacre Jean Bricaud, ancien moine trappiste, (avec le nom de Tau Jean II), dans l'église gallicane de Saint-Amond, Roche-Savine. Bricaud était arrivé à son nouveau statut avec des références très illustres, car à cette époque il avait les titres de Président de la Société Occultiste Modaile, Patriarche de l'Eglise Gnostique Universelle, Président du Suprême Conseil de l'Ordre Martiniste et Grand Hiérophante du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Mizraim et Rectuer de la Rose Croix. Tau Jean II a rassemblé à Lyon, en France, un très grand nombre de clercs et de laïcs gnostiques, et le 5 mai 1918, il a consacré Victor Blanchard sous le nom de Tau Targilus. Tau Jean tomba malade en 1933, et le 24 février 1934, il passa dans la lumière au-delà de l'ombre.



Il fut remplacé par Constant Martin Chevillon, qui fut élu au Patriarcat et consacré comme tel par Mgr Giraud le 5 janvier 1936 sous le nom de Tau Harmonius. Tau Harmonius, comme son prédécesseur, était un homme d'action, mais aussi de courage et de sainteté. Il n'est donc pas surprenant qu'il ait suscité la plus grande crainte et la haine d'Adolph Hitler. Après la suppression de l'Ecclesia par le gouvernement fantoche de Vichy, Chevillon fut abattu le 22 mars 1944 par les nazis et les miliciens français sous la coupe de la Gestapo de Klaus Barbie, surnommé "le boucher de Lyon".


La Succession Catholique Romaine du Brésil et l'Eglise Gnostique


Le linceul mortel de la seconde guerre mondiale s'étant éloigné, l'Eglise Gnostique Catholique et Apostolique a commencé à se répandre de la France au Portugal, en Italie, en Belgique, en Afrique du Nord et en Amérique du Sud, notamment au Brésil, où elle a finalement fusionné sa succession avec celle de la Succession Catholique Romaine de l'Eglise Catholique Apostolique du Brésil (Igreja Catolica Apostolica Brasiliera). L'Église catholique nationale brésilienne a été créée peu après juin 1945 par Mgr Carlos Duarte Costa (1888-1961), qui avait été archevêque de Botacatu, mais qui a été excommunié par la Curie catholique romaine pour ses attaques contre le pape Pie XII pour avoir donné sa bénédiction aux troupes nazies et fascistes sur la place Saint-Pierre en 1943. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'interdiction papale de l'archevêque Costa a été levée, mais l'archevêque a décliné une invitation à reprendre son poste dans l'Église romaine et a fondé l'Église catholique nationale brésilienne.



Le 27 décembre 1970, dans l'église Santa Catarina de Porto Alegre, Dom Antidio Vargas, ancien évêque orthodoxe du Brésil et archevêque de l'Église catholique brésilienne, consacre Pedro Freire comme patriarche de l'Église gnostique apostolique avec le nom de Mar Petrus-Johannes XIII. Le Dr Freire était auparavant le Primat d'Amérique du Sud. En tant que Patriarche, il a succédé à André Mauer, Tau Andreas ayant été élu par le Synode de l'Eglise en 1969.

Pedro Freire a beaucoup fait pour propager l'Église dans les Amériques. Le 31 décembre 1970, il établit la primauté pour l'Amérique du Nord et nomme à ce poste le métropolite Roger Saint-Victor-Hérard, in Ecclesia Tau Charles, comme primat situé à Chicago, Illinois. Avec la mort de Pedro Freire en 1977, le Synode de l'Ecclesia Gnostic Catholic and Apostolic n'a pas réussi à élire un successeur et a permis à l'Ecclesia de devenir autocéphale (indépendante de toute autorité extérieure et patriarcale).


Le ministère sacramentel


Le ministère apostolique de l'Ecclésia catholique gnostique a été établi à l'origine pour instituer le ministère sacramentel pour les Ordres Arcanes d'Initiation à travers le monde, séparé de la Sainte Eglise Catholique après la première révolution française par Clément XIV, Evêque de Rome et qui continue à être maintenu aujourd'hui par l'occupant actuel de cette chaire.

La Gnostic Catholic Ecclesia continue à reconnaître et à maintenir une concordance avec de nombreuses chaînes de traditions d'initiation anciennes et classiques.

Nous reconnaissons et maintenons l'unité et l'hypostase de la Sainte Trinité et du Christ notre Seigneur le Logos, qui, demeurant au cœur du Divin Plérôme, confère à ses fidèles le salut par la grâce, laquelle est inséparable dans son essence de la Sainte Gnose.

"Nous reconnaissons l'Église Une Sainte Catholique et Apostolique, la communion des Saints Éons et des Saints, gardiens de la sagesse essentielle de la race, qui prêchent la grande loi, qui vivent et travaillent de façon désintéressée en se consacrant au progrès de tous les êtres." Nous attendons la prochaine Parousie du Logos et l'absorption de ce monde dans la Volonté Universelle, mettant ainsi fin à l'Univers du Démiurge, et à sa roue d'existences, le summum de la Perfection et de l'Unité.

Nous proclamons la nécessaire intercession de Notre Sainte Mère Sophia, et la proéminence ésotérique du Trône de Jean, Bien-aimé de notre Seigneur et à qui Il a donné Ses révélations.

De ces confessions nous sommes profondément réalisés et rendons public à tous les êtres quotidiennement dans la Liturgie Gnostique de Saint Jean Chrysostome, le Saint Sacrifice de la Messe.


La Succession Apostolique de l'Église Gnostique Catholique

L'Église Gnostique Apostolique trouve son origine dans l'affiliation de la très importante Église d'Antioche, antérieure à l'Église d'Alexandrie, qui était le plus important centre intellectuel du christianisme et qui a donné naissance à l'Église d'Édesse. Voici le résumé de sa Succession Apostolique.


Voici le rapport des "ANTIQUITATES ANTIOCHENAE" depuis Simon Pierre l'Apôtre, Premier Evêque d'Antioche, jusqu'au 125ème degré de succession :


1. Simon Pierre Apôtre consacre Evodius, évêque et patriarche d'Antioche ;


126. Ignace Pierre III, Patriarche d'Antioche et du Siège Oriental, qui a consacré en 1877 A.D. ;


127. Mar Paul Athanase, évêque syriaque de Kotayan, consacré le 29 juillet 1889 ;


128. Jules Ier, Antoine François Xavier Alvarez, évêque de Ceylan, consacré le 29 mai 1892 ;


129. Mar Timotheus, J. Renee Vilatee, consacré le 6 mai 1900 ;


130. Paul, Paolo Miraglia, consacré le 4 décembre 1904 ;


131. Julio, Julien Houssaye, consacré le 21 juin 1911 ;


132. Francois, Louis Francois Giraud, consacré le 12 juillet 1913 ;


133. Jean II, Jean Bricaud, consacré le 5 mai 1918. 134 ;


134. Targelius, Victor Blanchard, consacré le 7 janvier 1945 ;


135. Eon II, Roger Menard, consacré le 10 juin 1946 ;


136. Jean III, alias Robert, évêque de Samarie, Robert Ambelain, consacré le 26 janvier 1958 ;


137. Andreas, André Mauer, deuxième patriarche de l'Église Gnostique Apostolique ;


138. Tau Jean, Roger Pommery, consacré par Robert Ambelain le 26 mai 1958, qui a été consacré le 16 septembre 1967 ;


139. Tau Guillaume, Willer Vital-Herne, qui a été consacré le 7 septembre 1970 ;


140. Tau Charles Ier, Roger Victor Herard.


L'Ecclésia catholique gnostique aux Amériques

L'ordre Krumm-Heller


Le Dr Krumm-Heller a été autorisé au début de ce siècle par Papus (Tau Vincent) à établir des ordres du Grand Œuvre, c'est-à-dire les ordres martinistes, francs-maçons et rosicruciens de France, au Mexique et en Amérique du Sud. Il était également un fervent évêque de la lignée Doinel de l'Église gnostique. Bien que très peu de documentation soit disponible sur ses entreprises, on sait qu'il a pris le nom d'Eglise de Tau Huirarchoca, (Hauirachoca étant l'équivalent maya de Quetzalcoatl, "le serpent à plumes", que certains auteurs mormons ont identifié avec la figure hébraïque Melchizedek). Krumm-Heller était certainement attiré par les mystères des civilisations maya et inca et était connu pour passer une grande partie de ses longs voyages en Amérique du Sud et en Amérique centrale dans les hauts plateaux plutôt que dans les grandes villes. Parmi les indigènes de ces régions, il a créé la "Fraternitas Rosicruciana Antiqua", qui survit à ce jour.


Au Venezuela, en Colombie et dans les régions apparentées, les membres de cette société se distinguent par leurs robes rouge rosé flamboyantes et leurs grands chapeaux en forme de turban qui rappellent ceux portés par les grands prêtres assyriens. Au cours des dernières décennies, un texte construit à partir de sources cathares et portant le nom de "liturgie de Krumm-Heller" a circulé. Malheureusement, nous n'avons pas été en mesure d'obtenir ce document pour l'examiner.


Le redressement de l'Église Gnostique Universelle après la Seconde Guerre Mondiale et l'expansion américaine de l'E.G.A.


Dûs aux efforts du Dr Krumm-Heller sur l'ordre de "PAPUS" au début de ce siècle, ainsi qu'à la vague de migration d'Européens fuyant vers l'Amérique du Sud l'oppression manifestée par la Seconde Guerre Mondiale, la population occulte et ésotérique d'Amérique Latine s'est développée pour produire une forte renaissance. Pendant ce temps, en Europe, Robert Ambelain montait sur le trône patriarcal et commençait la récupération de l'Église Gnostique en fondant sa propre branche, dont il changea le nom de l'Église Gnostique Universelle (Catholique), telle qu'elle était connue depuis le patriarcat de Jean Bricaud (Tau Jean II) et du martyr Constant Martin Chevillon (Tau Harmonius), en Église Gnostique Catholique Apostolique, ou autrement connue comme Ecclesia Gnostica Apostolica (E.G.A.). Pendant la période des années 50, Sa Béatitude Robert Ambelain (Tau Jean II) a écrit et traduit de nombreux ouvrages gnostiques et maçonniques et a récupéré les Archives Gnostiques. Malheureusement, l'une de ses œuvres les plus remarquables, Jésus et le secret mortel des Templiers, a été accueillie en Europe avec une telle controverse qu'elle a finalement conduit à son départ prématuré de la direction active de l'Église. Robert Ambelain, cependant, doit également être crédité pour sa reconnaissance de l'esprit gnostique croissant dans les Amériques. En 1956, il a consacré Pedro Freire (Tau Petrus) de Porto Alegre, Brésil, comme évêque primat d'Amérique latine, qui a consacré Fermin Vale Amesti (Tau Valentinus III), primat du Venezuela et d'Amérique centrale. Après son départ de la charge patriarcale dans les années 1960, Roger Pommery (Tau Jean IV) prend en charge la résurgence américaine et, en 1967, Willer Vital-Herne est consacré à Paris comme Tau Guillaume, primat des Antilles et des Caraïbes. Après la perte de Roger Pommery, en 1969, André Mauer (Tau Andreas) monte brièvement sur le trône patriarcal et, sous son impulsion, le consensus se fait pour élire un évêque nord-américain. Ce fut Roger St. Victor Herard, qui fut consacré évêque de Bethany (Tau Charles) le 7 septembre par Tau Gillaume à New York. Tau Charles était un réfugié politique qui était venu aux Etats-Unis pour échapper à l'oppression et à un éventuel assassinat du gouvernement Duvalier en Haïti. Monseigneur Roger Herard était un franc-maçon et un martiniste très célèbre dans son pays ainsi qu'en Amérique du Nord et en Europe. Il était très respecté par les chefs de nombreuses fraternités ésotériques, notamment l'Ordre Martiniste et Philippe Encause son Grand Maître, qui était le fils de "Papus", le Dr Gérard Encausse.




Le Saint Apostolat Gnostique dans les Amériques

Le premier patriarcat et le primat nord-américain

Lorsque Tau Andreas a démissionné le 1er août 1969, le Haut Synode a élu, dans un geste étrange, le primat d'Amérique latine, Pedro Freire, qui avait été consacré à l'origine en 1956 par Robert Ambelain. C'était la première fois dans l'histoire que le patriarcat était déplacé non seulement hors de France, mais aussi hors de l'hémisphère et vers les Amériques.


Le Dr Freire était un homme très aimé et respecté, non seulement dans l'Eglise Gnostique Apostolique, mais aussi parmi de nombreux autres clercs de rites apostoliques dans le monde. Il a reçu un très grand couronnement et une installation au Patriarcat le 17 décembre 1970 par Mgr Dom Antides Vargas, (Patriarche Titulaire de Theoupolis et Doyen de la Cathédrale de l'Eglise Catholique Nationale Brésilienne dans la ville de Lajes dans l'état de Santa Catarina, Brésil). Mgr Vargas, qui était assisté d'évêques de l'Église arménienne, était célèbre pour sa propre démission de l'Église de Rome après avoir critiqué le pape Pie XII pour sa collaboration politique avec les troupes nazies pendant la Seconde Guerre mondiale. Mgr Vargas était désormais le patriarche de la vieille Église catholique romaine du Brésil. Il a nommé le Dr Freire Mar Petrus-Johannes XIII selon le style catholique oriental plutôt que gnostique. Il est intéressant de noter que le règne de Petrus-Johannes XIII semble amorcer une tendance à l'œcuménisme qui se poursuit dans la carrière de Roger Saint Victor Herard, qu'il nomme Primat d'Amérique du Nord le 31 décembre 1970. Malheureusement, Petrus-Johannes n'a pas été capable de guérir, au cours de ses sept années de patriarcat, la profonde division entre les évêques concernant l'ordinand féminin.


Peu après que Roger Saint-Victor Hérard eut pris ses fonctions sous le nom de Tau Charles I, il institua des églises à New York, Chicago et Washington D.C. Ces églises étaient principalement composées de membres haïtiens et, en 1972, il nomma un ancien militaire haïtien, Clément Lucien Papillon (Tau Paul) pour être son assistant à Chicago, où Mgr Hérard s'était installé après avoir quitté New York. En 1973, Mgr Herard a fait de Gaspard Mervilus (Tau Louis) l'archevêque de New York et, plus tard, le titre de "coadjuteur cum jure succcessiones", c'est-à-dire le droit exclusif de succession de lui (Herard). Mgr Mervilus était également un ancien militaire haïtien et tous deux inspiraient le respect au sein de leur communauté. Roger Herard, par contre, était un réfugié du gouvernement de "Papa Doc" Duvalier, et, en tant qu'avocat et professeur d'école en Haïti, il a combattu les forces d'oppression du gouvernement, qui cherchait à piétiner la population paysanne. Hélas, Mgr Herard a été obligé de quitter sa patrie en 1966 avec le Ton Mechauthe à ses trousses. En tant qu'évêque de l'Église et en tant que franc-maçon d'Haïti, très célèbre et martiniste de l'Ordre Martiniste de Papus de Paris, Mgr Herard suscitait une grande admiration et un grand respect. Il cherchait à s'en servir pour soutenir et consoler ses concitoyens en Haïti ; il écrivait des articles publiés dans les périodiques maçonniques de Port-au-Prince, et parlait à la radio haïtienne avec transmission pour les Haïtiens d'ici et d'ailleurs. Cependant, alors qu'il jouissait d'un respect national et international, des difficultés dans les rangs du clergé haïtien sont apparues. Mgr Herard a décrit, dans un précédent journal de l'Athenea Theologica, les jeux de pouvoir entre ses deux évêques, à sa grande consternation.


Les choses se précipitèrent lorsque Mgr Herard fit enregistrer par notre Patriarche la nomination de Gaspard Mervilus comme coadjuteur au Brésil, après avoir appris la tentative infructueuse de Mgr Papillon de fonder une branche de l'Église de la Nouvelle Alliance en Amérique du Nord et en Haïti (l'Église haïtienne, ne comprenant pas ce qu'il essayait de faire, pensait qu'il formait une Église "Nouvel Adventiste" et repoussait ses efforts). Cependant, le coup de grâce n'est pas encore donné, car le 23 avril 1977, Mar Petrus-Johannes XIII décède. Le 22 septembre 1977, Edmond Fieschi (Tau Siabul,) Primat des Gaules, fut élu Patriarche par le Saint Synode Gnostique ; cependant, il est relaté par Mgr Herard que Mgr Papillon avait de l'influence sur Mgr Fieschi et, dans un geste scandaleux, le persuada de l'accord de la Nouvelle Alliance que le Hagio Pneuma (Le Saint Esprit) avait quitté l'Eglise Gnostique. Tau Siabul démissionna en décembre 1977, abdiquant en faveur de son coadjuteur Mgr Fermin Vale-Amesti, Tau Velentinus III, Primat d'Amérique centrale, ayant son siège apostolique à Caracas, Venezuela, mais Mgr Vale-Amesti refusa d'accepter cette nomination et "proclama l'indépendance des provinces ecclésiastiques le 7 avril 1978" (Athéna Théologique n° 3, p. 22). Roger Herard note également que Papillon, pour des raisons inconnues, a tenté d'influencer le Collège des Primats pour qu'il revienne sur cette apparente abolition d'un patriarcat international, mais sans succès. Dans la foulée, Mgr Papillon a démissionné de son statut dans l'Église et, dans sa lettre à Mgr Herard, il a également cité l'affirmation selon laquelle le Hagio Pneuma avait quitté l'Église. En l'absence d'un patriarche international, l'A.G.E. revendiquera le statut d'autocéphale, ce que Roger Herard appuiera en 1979 suite à la déclaration de Vale-Amesti. Il restait donc René Chambellant comme patriarche constitutionnel ou patriarche titulaire dans le sud de la France, puisque René Chambellant (Tau Renatus) avait conservé le titre de "Primat des Gaules" après avoir été élu successeur de Chevillon.


A la fin des années 1970, Roger Herard avait consacré deux autres évêques à Chicago : Mgr Carl St. Cyr (Tau Patrick) en 1978, et Mgr Alphonse Douyon pour Washington D.C. ; les deux hommes étaient des clercs d'origine haïtienne. Pendant cette période, Mgr Herard a également commencé à élargir ses relations avec ces clercs appartenant à d'autres églises d'acclamation gnostique, mais pas nécessairement de l'E.G.A. Tout d'abord, il a reconnu le patriarcat de Mgr George Boyer en Angleterre (Tau Georgius de Londres,) dont la lignée gnostique descendait de Richard Powell, Duc de Palatine, et aussi un autre George, Mgr. George Brister (Tau Georgius,) l'archevêque d'Oklahoma City pour l'Église Vieille Catholique, et un évêque en concordat avec l'Ecclesia Gnostica à Hollywood, Californie, sous l'évêque régional, Stephen A. Hoeller, également de la lignée de Palatine. Le rapprochement de ces deux successions finit par s'accentuer, comme nous le verrons plus tard. Cependant, grâce à ces relations, Mgr Herard a commencé à recevoir divers articles d'intérêt gnostique imprimés en anglais, y compris la Messe des Palatins, que Mgr Herard a finalement approuvée pour les adhérents américains de notre Église. Au début des années 1980, Mgr Herard s'est tourné vers d'autres communautés de la culture américaine, en particulier en vue d'ouvrir l'Église à tous les Américains dont la langue principale était l'anglais et qui étaient des citoyens nés aux États-Unis. C'est à cette époque que l'auteur a été présenté à Mgr Herard par un ami commun et disciple de l'Église, le révérend Steven A. Godlewski. Roger avait suscité mon intérêt pour l'Église gnostique. Bien que ma seule intention initiale était de faire des études dans l'Ordre Martiniste de France, j'ai suivi les cours nécessaires à l'ordination presbytérale en juin 1985. Mgr Herard avait alors tourné son attention vers l'expansion de l'Ecclesia Gnostica Apostolica à la population américaine (surtout anglophone) et à ses sous-cultures. Mgr Herard m'a présenté une messe gnostique en anglais, qu'il avait reçue de notre très bon et cher frère Mgr Georgius à Oklahoma City, et il m'a dit que, avec quelques ajustements, ce serait la liturgie préférée de l'Église américaine. À cette époque, la majorité de notre Église utilisait une forme française de la messe Novus Ordo, adoptée, à certains endroits, à des usages gnostiques. En août 1984, j'ai été élu évêque du Wisconsin et métropolite auxiliaire de Chicago, avec le mandat de développer des églises pour le peuple américain (surtout de langue anglaise) et après ma consécration en novembre de la même année, j'ai été autorisé à incorporer l'Église aux États-Unis et à choisir des membres du clergé américain pour son conseil d'administration/de recteurs, ce que j'ai fait le 29 novembre 1984. Mgr Herard a approuvé le titre administratif de Diocèse du Midwest pour notre siège social à ce moment-là, puisque notre mission principale auprès des congréganistes américains se concentrait sur les États du Midwest. Mgr Herard n'a pas inclus le clergé haïtien dans cette structure corporative, déclarant que son plan était d'avoir une corporation séparée pour les congrégations haïtiennes.


Mgr Herard avait la même politique à l'esprit pour les autres cultures qui immigrent aux États-Unis et au début de 1985, Mgr Herard a ordonné et consacré Jorge Enrique Rodriguez Villa comme archevêque de Bogota, en Colombie et de Miami, en Floride, afin de superviser un ministère pour les membres hispanophones de l'église. Mgr Rodriguez a fondé des églises en Colombie et a maintenu une église à Chicago. Sa liturgie était exclusivement latine et tridentine par nature, et en outre, Mgr. Rodriguez préférait l'adaptation orthodoxe, suivant peut-être la pratique de notre ami et également évêque concordataire de notre Église, l'archevêque Roberto Toca de l'Église catholique de rite antiochène. À la fin de 1985 ou au début de 1986, Mgr Rodriguez a fondé l'Iglesia Catholica Orthodoxa Apostolica et l'a incorporée dans l'État de l'Illinois, assumant le titre de Patriarche pour cette Église, qui fonctionnait selon les principes du vieux catholicisme et était non gnostique. À cette époque, l'attention de Mgr Herard se concentre sur ses congrégations haïtiennes de la côte Est, où apparaissent à nouveau certaines rivalités et difficultés. Cette fois, c'est entre les évêques Alphonse Douyon et Mgr Gaspard Mervilus, qui se disputent la juridiction, car Mgr Douyon aurait recruté des prêtres à New York. Mgr Douyon a été averti par Mgr Herard de cesser cette activité ; cependant, Mgr Douyon n'a pas tenu compte de cet avertissement et aurait ordonné deux hommes à New York sans la permission du primat, au prix d'être déposé de l'Église par Mgr Herard. Les problèmes ne sont pas terminés pour autant, car Mgr Mervilus, qui a la réputation de faire valoir ses intérêts au détriment de ceux des autres au sein de l'Eglise, cherche à limiter la correspondance des membres du clergé, qui sont également membres du Consul Suprême de l'Ordre Martiniste, au Grand Maître à Paris, suggérant que cette correspondance ne devrait passer que par lui, puisqu'il est le Grand Délégué National de l'Ordre aux Etats-Unis. Mgr Herard, qui s'était approprié cette position à Mgr Mervilus, en fut très irrité, invoquant qu'une telle restriction était une violation d'un droit accordé aux initiateurs de l'Ordre en vertu de la "chaîne sacrée de l'initiation". Cette controverse s'est terminée par la démission de Mgr Mervilus de l'Ordre Martiniste et de l'E.G.C.A. dont il était le coadjuteur du Primat. Cela a provoqué un certain nombre de changements dans les deux organisations. Le Grand Maître de l'Ordre Martiniste (devenu Emilio Lorenzo, suite au décès de Philippe Encausse) décide qu'un initiateur de l'Ordre ne pourra plus détenir simultanément le rang d'évêque dans l'Eglise. Ce fut un coup dur pour Mgr Herard et pour l'Eglise, étant donné l'étroit concordat qui existait entre les deux ordres depuis 1911, date à laquelle le Patriarche et Grand Maître de l'Ordre Martiniste de l'époque, Jean Bricaud (Tau Jean I,) les avait réunis en union exclusive. Cette situation était tellement en vogue jusqu'à présent qu'à la fin des années 1970, Roger Herard a initié le processus d'élection dans un document nommant son bon ami, le Grand Maître Philippe Encausse (fils de Papus) à Paris, comme évêque de l'E.G.A. Cependant, Philippe a refusé cette dignité. Après le départ de Mgr Mervilus, Mgr Herard abolit l'archidiocèse de New York et fait présider aux nouveaux évêques les diocèses de Brooklyn et Queens. Il s'agissait de Mgr Louis Etienne (Tau Franciscus) et de Mgr Luxy Achille Claude (Tau Jean). Mgr Herard a continué à viser des relations œcuméniques avec d'autres églises gnostiques aux États-Unis et a également commencé à travailler à son objectif de longue date d'ordonner et de consacrer une femme dans l'Église dans un avenir proche. À peu près à la même époque, avec l'approbation enthousiaste de Mgr Herard, j'ai entamé une série de correspondance et de conversations téléphoniques avec la célèbre évêque Lady Rosamonde Miller (Tau Rosa) à Palo Alto, en Californie. À peu près à la même époque, nous nous sommes associés à Mgr Stephan Hoeller (Tau Stephanus), évêque régional de l'Ecclesia Gnostica, dont la résidence apostolique était à Hollywood, en Californie. Il a été l'évêque qui a transmis les successions de feu Richard Duc de Palatine à l'évêque Rosa Miller et à notre frère concordataire, Tau Georgius, en Oklahoma. Mgr Herard était très désireux de voir une unification avec ces deux figures importantes du gnosticisme en Amérique.



En novembre 1988, j'ai eu l'occasion de rencontrer Mgr Hoeller (Tau Stephanus), qui devait donner une conférence au siège de la Société théosophique en Amérique, situé à Wheaton, dans l'Illinois. Mgr Herard m'a encouragé à le faire. Je l'ai fait et j'ai été chaleureusement et affectueusement accueilli par Tau Stephanus, qui m'a immédiatement reconnu grâce à une photo de ma consécration. Il avait vu la photo au domicile de Rosamonde Miller (Tau Rosa) alors qu'il lui rendait visite. Tau Rosa avait été consacrée par Tau Stephanus, Neil P. Jack et Gregory Forest Barber en janvier 1982, et nous avons beaucoup parlé de l'épiscopat féminin en général, et d'autres affaires inter-ecclésiastiques importantes, y compris la relation déjà solide entre Tau Georgius et Tau Charles (Mgr Herard). Mgr Herard était extrêmement heureux de connaître cet échange d'informations (dont beaucoup étaient nouvelles pour lui) et il espérait vivement un contact plus personnel avec Tau Stephanus.

En février 1989, j'ai rencontré au domicile de Mgr Herard Mgr Karl St Cyr, l'évêque chancelier de Mgr Herard. À ce moment-là, nous avons été informés de l'intention de Mgr Herard d'élire la Révérende Yanick Morin, une dame d'origine haïtienne, comme première femme évêque de notre Église aux États-Unis ; Mgr St Cyr et moi-même étions pleinement d'accord avec cette décision. Mgr Herard a demandé que Mgr Rosamonde Miller soit l'évêque consécrateur, fusionnant ainsi sa succession avec la nôtre d'une manière intercommunautaire, tout comme il avait souhaité que Tau Georgius puisse le faire dans le cas de ma propre consécration, bien que cela ait été impossible à l'époque, en raison d'un certain nombre de difficultés. Tau Rosa a informé Mgr Herard que, malgré son désir, elle regrettait de ne pas pouvoir être présente, car elle devait se rendre en France au moment officiellement prévu pour cet événement (le 22 juillet, fête de Marie-Madeleine). Yanick Morin comme Tau Magdalen, évêque du New Jersey, et avec le mandat spécial de protéger les successions ultérieures d'ordinands féminins aux États-Unis afin qu'elles ne soient pas ignorées ou négligées par des évêques masculins dans le futur, qui pourraient ne pas être d'accord avec cette décision. Mgr Herard connaissait bien les périls qui pourraient survenir en raison de cette décision.

En rentrant de New York à Chicago à la fin du mois de juillet 1989, Mgr Herard était visiblement fatigué et il remarqua que notre prochain effort était de faire progresser l'Église américaine et d'ordonner un évêque assistant (le père Godlewski) avec moi, afin que nos efforts puissent s'étendre et se fonder. Cela ne devait cependant pas se faire, du moins pas selon le plan de Mgr Herard, car aux premières heures d'un matin d'août, Mgr Herard s'effondra chez lui et fut transporté à l'hôpital de l'Université de Chicago dans le coma. Ironiquement, le 16 août, un jour après l'Assomption de Sainte-Sophie, la fête préférée de l'évêque, et avec la pleine lune en éclipse, ses ondes cérébrales ont cessé et il a émergé dans la Lumière au-delà de l'ombre, comme nous, les initiés, le disons souvent. Sa vie a été célébrée à cette époque par de nombreux dignitaires et initiés du monde entier et il a été incinéré après une haute et sainte cérémonie gnostique et maçonnique. Ses cendres attendent toujours d'être envoyées dans une crypte familiale à Port au Prince, lorsqu'un gouvernement plus clément le permettra. C'est ainsi que le gnostique a poursuivi son chemin (comme le dit notre prière), non seulement en tant qu'homme de sagesse et de gnose, mais aussi en tant qu'homme de compassion, un avocat qui a cherché à protéger les terres des pauvres agriculteurs haïtiens, un enseignant qui a cherché à élever les personnes sans éducation dans la société.

En 1990, le synode des évêques d'Amérique du Nord s'est réuni dans le New Jersey afin d'entamer une discussion sur l'avenir de l'Église sans son primat. Aucun changement significatif n'a été apporté aux activités opérationnelles des diocèses. Un moment de grande importance s'est produit le 13 juillet 1991, la veille du Jour de la Bastille, lorsque j'ai célébré la Grand-Messe de l'Hagia Pneuma et échangé les successions avec Mgr Hoeller, Tau Stephanus I, à la chapelle de Villa Park, Illinois. Mgr Karl St. Cyr (Tau Patrick), le révérend S. Godlewski et la révérende Carmen Izguerdo ont assisté à cet événement historique. Cet événement représentait pour beaucoup l'aboutissement de concordats antérieurs et de relations fraternelles de la lignée du Duc de Palatin, que Mgr Herard a reconnu comme parallèle à notre propre héritage français. Alors que la force de notre Église semblait s'accroître, il y avait encore des difficultés à concilier les différences culturelles ainsi que les questions de gouvernance en l'absence de notre primat et sans coadjuteur ou successeur clair.

En me souvenant du conseil qui m'avait été donné il y a longtemps par Mgr Herard, ("S'il m'arrive quelque chose, contactez René, il vous aidera"), j'ai entamé une correspondance avec Sa Béatitude René Chambellant in Ecclesia Tau Renatus, Patriarche selon la constitution de Synesius de 1906, puisque Tau Renatus avait conservé le titre de "Primat des Gaules", ce qui lui conférait une succession patriarcale automatique. Tau Renatus a offert des conseils informés et réconfortants et a soutenu nos efforts vers l'œcuménisme des rites gnostiques associés, ce qui était notre objectif à cette époque. Malheureusement, cependant, nous avons vu Chambellant pour la dernière fois le 1er septembre 1993. Bien que le dicton "quand une porte se ferme, une autre s'ouvre" soit assez vrai dans ce cas, le passage de René nous a rapprochés de son collège épiscopal survivant, dirigé par Tau Johannes, Tau Gilbertus et Tau Christianus. L'année suivante a été marquée par une autre perte, mais aussi par une autre découverte, lorsque notre très cher ami, le frère Peter Maydon, est décédé. Un bon ami de Mgr Herard, un initié martiniste, rosicrucien et maçonnique de haut niveau du Canada, il était internationalement respecté et admiré. Il avait été élevé à l'épiscopat pour le Canada et toutes les provinces par le Primat de l'Église, Mgr Ronald Cappello (Tau Mikael) le 12 septembre 1994, dans l'ancienne église templière et avait pris le nom de Tau Petrus. Tau Petrus est décédé dans son sommeil presque exactement un mois après son élévation. Dans notre Sanctuaire de la Gnose à Villa Park, Illinois, j'ai entré notre cher frère en communion posthume avec l'Eglise Gnostique Apostolique le 4 novembre. Nous en avons informé Mgr Cappello et avons annoncé notre désir de rechercher également la communion spirituelle avec l'Eglise des Vieux Templiers, et Mgr Cappello a accepté. La nouvelle de ce développement a été annoncée à nos frères en France, où notre regretté frère Peter et l'évêque Cappello étaient bien connus, et où cette décision a été saluée avec enthousiasme également.


Ceci nous laisse à la fin de 1996, au seuil du prochain siècle et, non moins, au début d'un autre millénaire pour la théologie chrétienne, dont le gnosticisme a également fait partie intégrante (bien que moins apprécié par l'histoire passée des églises). Nous ne pouvons qu'espérer que la force d'âme, et parfois face à d'horribles périls, l'œcuménisme de nos anciens maîtres, s'avérera une plus grande fondation pour la collégialité future avec le dévouement à la grande œuvre de notre Seigneur.


- Tau Charles Harmonius II (L'Eternelle Acolyte)


2022 : le retour en France de L’Église Gnostique


Tau Appolonius, Primat d'Amérique du Nord, ordonne un Initié Parisien le lundi 21 Février 2022 à New York. L'Eglise revient alors grâce à cette transmisson sur le territoire Français après une longue absence, sous le nom de Sanctuaire du Divin Paraclet.








31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout